Comment identifier les espèces d’hyménoptères ?

L’ordre des Hyménoptères, constituant l’un des groupes les plus importants d’insectes, est représenté par quelque 120 000 espèces, dont certaines comme les guêpes, les abeilles ou les fourmis sont connues de tous. Ces insectes sont caractérisés par quatre ailes membraneuses (d’où leur nom signifiant « ailes en membrane »), un appareil buccal de type broyeur-lécheur et une métamorphose complète (insectes holométaboles). La vie sociale des guêpes, abeilles, fourmis, leur psychisme hautement développé qui ne se traduit pas seulement dans la communication entre les individus, font d’eux les plus évolués de tous les insectes supérieurs, bien que leurs possibilités d’adaptation individuelle, soient fort limitées. Ces insectes sont surtout connus par leur rôle économique (production de miel), ou bienfaisant (les lécheurs de nectar contribuent à la pollinisation croisée des plantes), ou néfaste (fourmis). Mais ces espèces communes et sociales ne représentent guère que le dixième des Hyménoptères et la grande majorité des autres espèces n’en est pas moins essentielle dans l’équilibre naturel. En effet les espèces phytophages, peu nuisibles d’ailleurs, ne constituent qu’une minorité et la plupart des Hyménoptères sont prédateurs ou parasites d’autres insectes.

Abeilles

Les abeilles (Anthophila) forment un clade d’insectes hyménoptères de la super-famille des Apoïdes. Au moins 20 000 espèces d’abeilles sont répertoriées sur la planète dont environ 2 000 en Europe et près de 1 000 en France. En Europe, l’espèce la plus connue est Apis mellifera qui, comme la plupart des abeilles à miel, appartient au genre Apis. Cependant, la majorité des abeilles ne produit pas de miel, elles se nourrissent du nectar des fleurs. Une abeille d’hiver peut vivre jusqu’à 10 mois, tandis qu’une abeille d’été peut vivre jusqu’à un mois.

Les abeilles peuvent être classées selon leur mode de vie : abeilles domestiques ou sauvages, solitaires ou bien sociales, etc. Elles sont nettement distinctes des guêpes par leur morphologie et leur comportement, notamment leur alimentation. Les bourdons en revanche sont un groupe particulier d’abeilles.

Les abeilles, et les autres espèces de pollinisateurs, sont actuellement gravement menacées, avec un taux d’extinction qui est « de 100 à 1 000 fois plus élevé que la normale », selon l’ONU5. Lors de la Journée mondiale des abeilles, le , l’ONU a détaillé les principales causes du déclin des pollinisateurs

Guêpes

VESPULA

Dans notre département, (Gironde) nous rencontrons surtout 3 espèces de guêpes.

  • Vespula Germanica
  • Vespinae Polistinae
  • Guêpes maçonne

La guêpe germanique :

La guêpe germanique mesure environ treize millimètres de long, et dix-huit pour la reine, et dispose d’une coloration typique, faite d’alternances de bandes noires et jaunes. Elle est assez semblable à la guêpe commune, Vespula vulgaris, mais sur sa face se remarquent trois petits points noirs caractéristiques, et plus rarement un seul, servant de détecteurs. Elle possède également des points noirs sur l’abdomen, indépendants des lignes noires, contrairement à la guêpe commune. Les autres différences sont une taille en moyenne un peu plus grande, les tempes entièrement jaunes, et les bandes latérales jaunes du prothorax élargies vers le bas. Tout comme Vespula vulgaris, Vespula germanica possède quatre taches sur le thorax.

La guêpe Poliste:

Polistes  est le plus grand genre de guêpes sociales avec plus de 300 espèces et sous-espèces identifiées. Elles sont présentes sur toute la Terre.

Toutes les espèces de Polistes sont prédatrices, et elles peuvent consommer un grand nombre de chenilles. Elles peuvent être identifiées par le son de leur vol, et leurs longues pattes se balançant. Leurs nids sont aussi très caractéristiques, car ils sont dépourvus d’une enveloppe, contrairement aux guêpes.

La guêpes maçonne :

Les expressions vernaculaires guêpe maçonne et guêpe potière désignent diverses espèces de guêpes solitaires qui façonnent des nids en boue afin d’y loger leur larves.

Ces espèces édifient des nids à partir de divers matériaux, généralement de la boue, parfois mêlée de petits minéraux voire de débris de végétaux mastiqués. Certaines forment des pots, d’autres de long tubes types « tuyau d’orgues ».

Frelons alan destruction frelons guêpes

Frelons Asiatiques

VESPA VELUTINA

Le frelon asiatique ou frelon à pattes jaunes (Vespa velutina) est une espèce d’insectes hyménoptères de la famille des Vespidae, de la sous-famille des Vespinae et du genre Vespa. L’espèce est originaire (endémique) d’Asie, avec une vaste aire de répartition dans des zones au climat tropical ou continental (Afghanistan, Inde, Chine, îles indonésiennes).

Une sous-espèce de couleur noire, Vespa velutina nigrithorax, a été introduite en France vers 2004 et s’est ensuite diffusée dans le reste de l’Europe, où elle est désormais une espèce invasive, parfois considérée nuisible. En avril 2020, ce frelon aurait colonisé presque toute la France, et a atteint le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas.

Frelons Européens

VESPA CRABRO

Le frelon européen ou frelon (Vespa crabro) est une espèce d’hyménoptères sociaux de la famille des Vespidés ressemblant à une guêpe commune mais de taille deux fois plus importante ; il s’agit de la plus grosse des espèces de guêpes européennes.

On l’appelle aussi cul jaune dans l’Est de la France, beurgot (burgaud en occitan) dans le Sud-Ouest de la France, talène et taleine en Suisse, bombe ou cabridan en Provence, lombarde en Bresse et en Lyonnais et arcier ou guichard dans la Nièvre et le Morvan.